Le Conseil fédéral adopte un rapport sur les perspectives des soins de longue durée

Press review

Vu l'augmentation de l'espérance de vie, un nombre croissant de personnes a besoin de soins. Le Conseil fédéral expose dans un rapport les défis qui se posent en matière de soins de longue durée et les mesures permettant d'y faire face. Les actions déjà mises en place doivent être poursuivies en collaboration avec les cantons.  

Selon les estimations, près de 17 000 nouveaux postes à plein temps devront être créés en Suisse d'ici 2020 pour soigner les personnes âgées. En outre, il s'agira de remplacer les quelque 60 000 professionnels de la santé qui partiront à la retraite. Parallèlement, des investissements dans les structures de soins sont nécessaires : d'une part, des places supplémentaires dans les établissements médico-sociaux (EMS) sont requises et, d'autre part, l'offre de soins ambulatoires doit être étoffée. A l'heure actuelle, un nombre croissant de patients privilégie les organisations d'aide et de soins à domicile ou les structures intermédiaires, en lieu et place des EMS et des maisons de retraite ; cette tendance va se confirmer. Avec l'âge, les soins deviennent plus exigeants car les patients développent plusieurs maladies à la fois ou souffrent de démence.

Selon des extrapolations, les dépenses pour les soins de longue durée, qui s'élevaient à 6 milliards de francs en 2011, vont tripler d'ici 2045. Cette augmentation touchera en premier lieu les cantons et les ménages privés. Le rapport du Conseil fédéral présente donc différentes variantes permettant de financer ces coûts (supplémentaires) : assurance des soins couvrant les coûts d'assistance, assurance prenant en charge uniquement les prestations de soins de l'assurance obligatoire des soins ou solution d'assurance complète. 

La prévention, qui vise à retarder le plus longtemps possible la demande de soins, figure parmi les principales mesures permettant de relever ces défis. Dans cette optique, il convient, d'une part, de poursuivre les efforts de prévention réduisant le risque de contracter une maladie non transmissible. D'autre part, il faut mettre l'accent sur les mesures destinées spécifiquement aux personnes âgées (p. ex., prévention des chutes, encouragement de l'activité physique, amélioration de l'alimentation pour éviter les carences) ; enfin, des projets doivent permettre d'intégrer la prévention dans le domaine des soins. [....]
Source : Communiqué du Conseil fédéral / OFSP du 25/05/2016

Rapport

- Etat des lieux et perspectives dans le secteur des soins de longue durée
Rapport du Conseil fédéral donnant réponse aux postulats 12.3604 Fehr Jacqueline du 15 juin 2012; 14.3912 Eder du 25 septembre 2014 et 14.4165 Lehmann du 11 décembre 2014 
du 25 mai 2016
 

Date et heure
Wednesday, 25 May, 2016 (All day)

                         

IUMSP | www.iumsp.ch
Institute of Social and Preventive Medicine
Route de la Corniche 10, 1010 Lausanne - Switzerland
+41 21 314 72 72 | dess.info@unisante.ch

Go to top