Cancer : les essais cliniques à l’épreuve du réel

Article de revue de presse

Au plus grand congrès de cancérologie du monde, [le 53e congrès de la Société américaine de cancérologie (ASCO)], des études sur le soutien psychologique apporté aux malades ont été mises à l’honneur. La perspective d’études cliniques d’un nouveau genre se dessine.
Source : Cancer : l'humain avant tout / Fabien Coubet (Le Temps 11/06/217)

EXTRAIT : 

Les essais cliniques à l’épreuve du réel
Depuis les années 1950, les essais randomisés contrôlés, expériences menées sous conditions strictes en laboratoire puis en clinique, constituent l’étalon-or des protocoles utilisés en recherche médicale. Dans quelle mesure leurs résultats sont-ils valides dans la vie réelle? La question se pose et conduira sans doute à l’émergence d’un nouveau type d’essais cliniques.

Très répandus, les essais randomisés permettent d’apporter la preuve de l’efficacité et de la sécurité d’un produit, médicament, vaccin ou aliment. Cette médecine fondée sur les faits, plus volontiers appelée «evidence-based medicine», structure aujourd’hui tous les raisonnements cliniques, et même au-delà: des décisions politiques et économiques sont en grande partie basées dessus.

Mais lorsqu’un médicament sort de l’enceinte d’un laboratoire, les choses se compliquent. Les essais randomisés sont souvent menés sur de faibles échantillons de personnes, plutôt jeunes et en bonne santé. Pourtant, dans la vie réelle, les médicaments s’adressent à une tout autre population: personnes âgées, patients polypathologiques, enfants ou femmes enceintes… Autant de profils systématiquement exclus, qui faussent les résultats obtenus sur le terrain. Autre grief, les indicateurs qui comptent le plus pour les malades, tels que leur qualité de vie, le handicap, les douleurs et autres effets indésirables, ne sont pas ou peu évalués. Si bien que la médecine s’éloigne inexorablement des patients.

Pour répondre à ces besoins qui émanent des décideurs, des malades, et plus généralement de la société, les données issues de la vie réelle sont désormais petit à petit prises en compte. Il s’agit de grandes bases de données de santé, collectées par des administrations, des associations de patients, ou encore désormais par des «wearables» tels que des montres et des bracelets connectés. La médecine s’attelle à leur analyse, une tâche rendue possible par l’avènement des techniques d’analyse du Big Data. Des revues prestigieuses telles que le New England Journal of Medicine publient depuis peu des recherches basées sur ce type de données. Elles seront bientôt considérées tout aussi pertinentes que les essais cliniques randomisés. La médecine se prépare à une révolution. (F. G.)

 

Date et heure
Dimanche, 11 Juin, 2017 (Journée entière)

                         

IUMSP | www.iumsp.ch
Institut universitaire de médecine sociale et préventive
Route de la Corniche 10, 1010 Lausanne - Switzerland
+41 21 314 72 72 | dess.info@unisante.ch

Go to top