NUTRITION AND HEALTH IN A COHORT REPRESENTATIVE OF THE GENERAL COMMUNITY-DWELLING POPULATION OF LAUSANNE AGED 65 AND OVER

TitreNUTRITION AND HEALTH IN A COHORT REPRESENTATIVE OF THE GENERAL COMMUNITY-DWELLING POPULATION OF LAUSANNE AGED 65 AND OVER
Publication TypeThesis
Year of Publication2016
AuthorsDanon-Hersch, N
Date Published2016
UniversityFaculté de biologie et de médecine, Université de Lausanne
CityLausanne
Thesis TypePHD
Abstract

The objective was to study the links between health characteristics, frailty criteria, lifestyles, adiposity and disability in a population-based cohort of non-institutionalized adults aged 65 to 70 years at baseline (N= 1,260 to 1,293). At baseline, frailty was rare (2%), while pre-frailty was common (26%). Pre-frail participants had significantly more comorbidity and disability (defined as help received for activities of daily living, ADL) than non-frail participants.
Weakness was the most frequent frailty criterion and was associated with cardio-vascular diseases (CVD). The prevalence of overweight (body mass index (BMI) 25.0-29.9 kg/m2), obesity (BMI ≥30.0 kg/m2), and abdominal obesity (waist circumference (WC) ≥102 cm in men, WC ≥88 cm in women) was 53%, 24%, and 45% in men; 35%, 23%, and 45% in women. Walking and using stairs in daily life was associated with lower adiposity values than doing sports at least once/week. Eating fruit and vegetables at least twice/day, walking and using stairs in daily life, and doing sports ≥once/week were significantly negatively associated with financial difficulties and positively with educational level. In longitudinal analyses, 130 persons died over a median follow-up of 8.47 years. In fully adjusted Cox models, mortality was significantly associated with neither BMI nor WC, but there were trends toward non- significant J curves across both BMI and WC quintiles. Disability (defined as difficulty with BADL or institutionalization, 231 cases) tended to increase monotonically across both BMI and WC quintiles and was significantly associated with BMI quintile 5 (HR=2.44, 95% CI [1.65-3.63]), and WC quintiles 4 (HR=1.81 [1.15-2.85]) and 5 (HR=2.58, [1.67-4.00]).
Almost half of the population had a substantially increased HR of disability, as compared to the reference BMI/WC categories. In conclusion, studies with larger sample sizes and longer follow-up should assess the roles of BMI and WC trajectories since midlife and further clarify the shapes of their associations with disability. These findings, together with the literature review, emphasize the need for life-long strategies aimed at preventing excess weight, muscle loss and functional decline through adequate nutrition and regular physical activity, starting at early age and extending throughout life.
--
Nutrition et santé à l'âge de 65 ans et plus : une étude dans la population de Lausanne ne vivant pas en institution
L'objectif de ce doctorat était d'étudier les liens entre l'état de santé, le degré de fragilité, le style de vie, le surpoids et le développement d'une dépendance dans les activités de la vie quotidienne en analysant les données fournies par environ 1300 adultes initialement âgés de 65 à 70 ans. Ces personnes ont été suivies sur une durée de plus de 8 ans; elles ont rempli des questionnaires et passé des tests régulièrement. La fragilité a été définie sur la base de 5 critères (perte de poids involontaire, vitesse de marche lente, force de préhension au niveau de la main faible, fatigue ressentie et activité physique basse) dont 3 au moins doivent être remplis pour être considéré comme fragile.
Au démarrage de l’étude, la fragilité était rare (2% des participants), mais la pré-fragilité (1 ou 2 critères remplis) fréquente (26%). Les participants pré-fragiles avaient plus souvent des maladies chroniques ou recevaient de l'aide pour effectuer les activités de la vie quotidienne (s’habiller, manger, se doucher, etc.) que les personnes n’ayant aucun des 5 critères de fragilité. La faiblesse de la préhension au niveau de la main était le signe de fragilité le plus fréquent et il était plus souvent observé parmi les personnes souffrant de maladies cardio- vasculaires.
L’indice de masse corporelle (IMC) est une mesure de la corpulence. Il s’agit du poids (en kg) divisé par la taille au carré (en m2). La fréquence du surpoids (IMC entre 25.0 et 29.9 kg/m2) était de 53% chez les hommes et de 35% chez les femmes. Celle de l’obésité (IMC ≥30.0 kg/m2) était de 24% chez les hommes et de 23% chez les femmes. L’obésité abdominale (définie par un tour de taille supérieur ou égal à 102 cm chez les hommes, 88 cm chez les femmes) touchait 45% des hommes et des femmes. Les personnes marchant au quotidien et prenant les escaliers étaient plus minces que celles qui évitaient les escaliers mais faisaient du sport au moins 1x/semaine. Les habitudes nutritionnelles favorables à la santé étaient par ailleurs liées aux facteurs socio-économiques: les personnes mangeant des fruits et légumes au moins 2x/jour, utilisant les escaliers au quotidien et faisant du sport au moins une fois par semaine ont moins souvent rapporté des difficultés financières et bénéficiaient d'un niveau d’éducation plus élevé.
Lors du suivi de 8 ans, 130 personnes sont décédées. En tenant compte de certains facteurs dans les analyses (sexe, âge, difficultés financières, éducation, tabagisme, perte de poids), il n’y avait pas de lien statistiquement significatif entre l’IMC ou le tour de taille et le risque de décès; cependant la mortalité tendait à être plus élevée aux deux extrêmes, parmi les personnes de très faible corpulence ainsi que parmi les personnes obèses. Au cours du suivi, 231 personnes ont développé des difficultés durables dans les activités de la vie quotidienne. Leur nombre augmentait progressivement dans les catégories d’IMC ou de tour de taille plus élevé. En particulier, parmi les 20% des personnes ayant l’IMC le plus élevé, ou les 40% des personnes ayant le tour de taille le plus élevé, la survenue de ces difficultés était significativement plus fréquente.
En conclusion, il faudrait effectuer des études avec plus de participants et un suivi plus long pour mieux connaître le rôle de l’IMC et du tour de taille depuis l’âge de 40-50 ans, et clarifier leurs liens avec les difficultés dans les activités de la vie quotidienne. La littérature suggère qu’il faut prévenir le surpoids, la perte de masse musculaire et le déclin fonctionnel depuis un jeune âge et tout u long de la vie par le biais d’une alimentation équilibrée et d’une activité physique régulière.

URLhttps://my.unil.ch/secure/resource/serval:BIB_2DF11047D1D7.P001/REF
Citation Key / SERVAL IDserval:BIB_2DF11047D1D7
Directeur de Thèse ou tuteur de travail de Master IUMSP: 
                         

IUMSP | www.iumsp.ch
Institut universitaire de médecine sociale et préventive
Route de la Corniche 10, 1010 Lausanne - Switzerland
+41 21 314 72 72 | iumsp@chuv.ch

Go to top