Les conditions socio-économiques influencent la capacité physique des personnes âgées selon une étude de l'IUMSP menée dans le cadre du projet européen Lifepath

Actualité

Un article sur une étude de chercheurs de l'IUMSP menée dans le cadre du projet européen LIFEPATH vient de paraître dans le British Medical Journal (article en Open access)

Silvia Stringhini et des collaborateurs-trices de l’IUMSP, avec les chercheuses et chercheurs du projet LIFEPATH (financé par le fonds de recherche européen H2020), ont voulu savoir si le statut socio-économique joue un rôle plus important que les facteurs de risques classiques des maladies chroniques (alcool, activité physique, tabac, hypertension, sel , diabète et obésité) sur la capacité physique des personnes âgées (mesurée par la vitesse de marche, un indicateur qui prédit la survie, le risque d’hospitalisation et le déclin cognitif ).

Cette étude de cohortes multi-population menées en Europe, aux USA, en Amérique latine, en Afrique et en Asie (37 études de cohortes pour plus de 109 000 adultes) montre que :

  • De mauvaises conditions socio-économiques ont une influence tout aussi importante sur la capacité physique des personnes âgées que les facteurs de risques des maladies chroniques classiques.
  • De mauvaises conditions socio-économiques font perdre en moyenne, 4 à 7 ans de capacités physiques à l’âge de 60 ans, alors que les autres facteurs de risques mentionnés plus haut en font perdre en moyenne 0.5 à 8 ans.
  • La diminution de la capacité physique continue à décliner entre 60 et 85 ans au moins, en fonction du statut socio-économique et des facteurs de risques mentionnés plus haut

Ce que l’on savait avant cette étude :

  • Les années de vie perdue à cause de conditions socio-économiques défavorables et de facteurs de risques de maladies chroniques ont été estimées, mais sans savoir dans quelle mesure ces facteurs pouvaient affecter la capacité physique.
  • C’est un défi majeur de santé publique, en plus des défis liés à la prévention des maladies liées à l’âge et à la mortalité prématurée, que de minimiser le temps que passent les gens âgés dans un état d’invalidité et de dépendance,
  • La vitesse de marche est un indicateur de capacité physique qui décline avec l’âge. Il prédit la survie, le risque d’hospitalisation et le déclin cognitif.

 

En savoir plus
Dans les médias

 SWI Swissinfo.ch:  What your job title could tell you about your health    

                         

IUMSP | www.iumsp.ch
Institut universitaire de médecine sociale et préventive
Route de la Corniche 10, 1010 Lausanne - Switzerland
+41 21 314 72 72 | iumsp@chuv.ch

Go to top